| Accueil | | Parti Communiste du Togo | | Journal | | M.D.R. | | M.C.I. |

La Jeunesse et les travailleurs dans la rue luttent pour la chute du régime. Eux ils continuent leurs tractations sordides !

Le Parti Communiste du Togo 13/10/1990

- Alors que les masses populaires sont entrain de panser leurs plaies, d'enterrer leurs morts, mais se réjouissent aussi de la naissance d'une génération nouvelle de militants, de combattant de la liberté;

- alors qu'elles s'apprêtent à amplifier davantage leur mouvement de lutte revendicative;

- alors que précisément elle préparent pour ce week-end une vaste manifestation pour exiger la libération inconditionnel de tous les détenus encore maintenus dans les geôles de l'autocratie, Edouard Kodjo, cet autre ennemi de la démocratie, et de ses garçons de courses Agbobli Atsutsé et Tété Godwin s'apprêtent à négocier, au nom de leurs «deux membres Doglo-Agbelenko et Logo-Dossouvi de la CDPA-Togo» avec une délégation gouvernementale conduite par Johnson Polycarpe, dépêchée d'urgence à Paris. Une première rencontre a déjà eu lieu jeudi dernier à Garches (dans la région parisienne). L'objectif est de négocier un compromis entre ces deux frères ennemis, ces deux bandes rivales anti-populaires:

* Pour un partage du pouvoir néocolonial qui permettait à Edouard Kodjo d'accéder en fin au poste de Premier Ministre qu'il convoite depuis longtemps;

* Pour arrêter la marche en avant des nouveaux combattants de la liberté, et la lutte pour la liberté, la démocratie, le pain, l'emploi.


En effet, le mouvement du 5 octobre 1990 fait trembler le régime et ses suppôts étrangers. «jamais depuis son avènement en 1967, le Président Eyadema n'a connu un tel mouvement de contestation& à elle (les autorités togolaise) de saisir ce message de la rue pour mettre fin à cette révolte des jeunes»; «il faut prôner la paix et la fraternité pour éviter de voir ce pays basculer dans une certaine violence& Ce serait une victoire de la raison sur la violence».

Tels sont les commentaires apeurés de la bourgeoisie. Il est du plus haut intérêt pour les masses de poursuivre la lutte pour la libération de tous les détenus politiques; pour l'amnistie générale et le retour de tous les exilés politiques, pour la cessation de toute poursuite pour délit d'opinion; pour la liberté d'opinion, d'expression, de réunion, d'organisation; et pour de meilleures conditions de vie. Car ces besoins et aspiration légitimes sont loin d'être satisfaits actuellement, et ne sauraient l'être à travers une quelconque conférence nationale dite des forces vives, eaux nauséabondes et malsaines de grenouillages et magouilles, loin des besoins et des aspirations des travailleurs et de la jeunesse. Pas plus d'ailleurs qu'à travers une quelconque «ouverture politique» à la Eyadema.

Le Peuple en a assez soupé de ce régime !

Il n'en veut plus même replâtré !

Seule la lutte organisée et résolue du Peuple travailleurs et de la jeunesse permet d'imposer sur le terrain ces conquêtes auxquelles ils aspirent !

Ne tombons pas dans les pièges et autres illusions !

Ne nous laissons pas abuser !

Non aux reforme de façade !

Seule la lutte résolue et organisée est la garantie de notre victoire !

Continuons jusqu'à son terme le mouvement révolutionnaire du 5 octobre 1990 !

A bas le régime néocolonial, anti-populaire, anti-national !

Pour l'instauration d'un ordre nouveau pour notre pays !


Accueil / Vos réactions sur ce site / Contact / Liens
Pourquoi nous sommes communiste / Petit guide du PCT / Congrès historique
"Révolution", organe central du PCT / Archives
Mouvement Communiste International / Mouvement Démocratique Révolutionnaire