| Accueil |
| Parti Communiste du Togo |
| Journal |
| M.D.R. |
| M.C.I. |

Invariablement, l’Abominable Couple FRANCE-EYADEMA Continue de Massacrer les Masses

Lomé, le 29 août 1993

Encore plus d’une trentaine de personnes froidement massacrées ignominieusement et plusieurs autres jetées en prison par le criminel couple France-EYADEMA. Quand est-ce que la France finira-t-elle de faire couler, en toute impunité, le sang de notre Peuple, de torturer et de décimer aveuglement les masses populaires ? Pourtant les fameux accords de Ouaga III stipulent clairement que la France (avec le Burkina-Faso) garantit le cantonnement et la neutralisation des bêtes à tuer de EYADEMA -le-Sanglant, et qu’ensemble avec les «Forces de Sécurité Publique», la sécurité publique, la quiétude sera garantie et maintenue avant, pendant et après les élections. Alors pourquoi la France a laissé les sbires de son poulain EYADEMA : tirer pour abattre à Lomé 4 (quatre) Togolais, «armés par Dégli» provenant du Ghana ? massacrer froidement et sauvagement les 22 (vingt-deux) personnes parmi lesquelles plusieurs gosses, à Blitta, personnes qui exigeaient simplement le respect de leur droit de citoyen, le libre exercice du droit de vote à tous les ayant-droit, et l’arrêt de cette comédie d’élections-bidons de la France qui ne fait point mystère de son intention : réimposer au Peuple la Calamité Nationale, EYADEMA -Plusieurs autres personnes de cette localité grièvement blessées à cette occasion risquent de succomber d’un instant à l’autre à leurs blessures ? assassiner 4 (quatre) autres personnes arrêter et passer à tabac, torturer et emprisonner une quarantaine de personnes sans armes, à travers le Pays. Et cette liste macabre (œuvre du couple France-EYADEMA) n’est malheureusement pas encore close.

Voilà comment l’impérialisme français et cet autre obligé de EYADEMA, Blaise COMPAORE (dont on connaît, ô combien ! la conception et la pratique de la démocratie et des élections «équitables, transparentes, démocratiques, pluralistes, libres») ont rétabli et garanti la sécurité pour «ces élections libres transparentes et pluralistes» dans notre pays. Evidemment, cette France impérialiste n’a jusqu’ici soufflé mot et n’en dira sûrement rien sur ce qu’ils appellent couramment bavures en Occident. Et pour cause, elle les cautionne. Tant il est vrai que la vie des masses ne pèse pas lourd devant les intérêts du capital.

Voilà la nouvelle lourde «punition» (devenue rituelle) que la France impose une fois encore à notre Peuple insurgé toujours inflexible dans sa ferme volonté de chasser du pouvoir l’autocrate EYADEMA, son principal poulain à elle, qu’elle tient à y maintenir. En la matière les fameux accords de Ouaga III n’ont pas dérogé à la règle, à la pratique établie depuis octobre-novembre 90 qui veut que chaque entente autour d’un scénario pour un complot donné (toujours inspiré par la France et chaque fois rejeté par le Peuple insurgé) entre les FAP et l’autocratie criminel EYADEMA, soit chèrement payée par les masses populaires toujours debout, déterminées et vigilantes. On voit, si preuve en ait encore besoin, comment ces dits accords de Ouaga III constituent un nouveau complot de la France et de con COD2 contre le Peuple insurgé (PI) et comment les FAP du COD2 sont conçus pour jouer le rôle de pion de l’impérialisme français, de saboteur et de voyeur des luttes émancipatrices du Peuple insurgé.

Mais par son boycott total, actif, de cette mascarade ridicule d’élections made in France, le PI a montré une fois encore que, loin d’être écrasé, démobilisé par les mille et un privations, souffrances et sacrifices, qu’il endure depuis notamment bientôt trois ans, il reste debout ferme dans sa détermination à en finir avec l’ordre autocratique néo-colonial et le couple France-EYADEMA. Et qu’il n’entend nullement se laisser détourner de sa juste voie d’émancipation par un quelconque manœuvre de l’abominable trio France-EYADEMA et COD2. Par son boycott massif, total et actif, il a confirmé qu’il n’est nullement concerné par ces scélérats accords de Ouaga III provocateurs du trio infernal anti-PI France-EYADEMA et COD2.

Les maigres illusions qu’on tentait de semer avec ces dits accords, le PI les a fait voler en éclats. Pour le Peuple Insurgé, il est révolu depuis octobre-novembre 90, le temps où le couple France-EYADEMA et ses FAT et RPT faisaient la loi dans notre pays : jamais plus rien ne sera comme avant ! Et le criminel couple France-EYADEMA ne dirigera plus le Togo. Plus que jamais la violence révolutionnaire, arme de l’insurrection est la réponse du PI à la violence réactionnaire et aveugle du couple autocratique France-Eyadéma. Pour le PI, il ne reste que l’usage de la Force, pour éjecter de la tête du pays ce coupe autocratique moribond, à bout de souffle, France-EYADEMA, pour mettre fin à ses crimes contre notre Peuple et notre pays. Ca l’ensemble de notre Peuple surtout sa jeunesse combattante en est maintenant conscient et convaincu. Il ne lui reste qu’à le réaliser pour:

La démission du despote EYADEMA !

La France hors du Togo et d’Afrique !

En avant Peuple Insurgé, nous vaincrons !


Lomé, le 29 août 1993
Le Parti Communiste du Togo (P.C.T.)

 


Accueil / Vos réactions sur ce site / Contact / Liens
Pourquoi nous sommes communiste / Petit guide du PCT / Congrès historique
"Révolution", organe central du PCT / Archives
Mouvement Communiste International / Mouvement Démocratique Révolutionnaire