| Accueil |
| Parti Communiste du Togo |
| Journal |
| M.D.R. |
| M.C.I. |

27 avril 1958 - 27 avril 1998: Il y a 40 ans Peuple togolais, souviens-toi !

Lomé, le 20 avril 1998

Le Parti Communiste du Togo

Il y a 40 ans, le Peuple togolais mobilisé remportait une victoire décisive sur le colonialisme français et ses laquais locaux du PTP et de l'UCPN. Cette victoire du 27 avril 1958 n'était pas une simple victoire électorale: elle était la traduction du rapport de forces qui s'était établi sur le terrain, à la suite des luttes armées menées par un Peuple décidé à en finir avec l'oppression coloniale, luttes multiformes, violentes et non violentes, diplomatiques et politiques, syndicales et militaires qui ne cessaient de s'amplifier et de se développer au lendemain de la seconde guerre mondiale.

Ni les mesures d'affectation arbitraires hors du territoire togolais, ni les arrestations et procès iniques, ni les massacres comme ceux de Vogan (1951), de Pya (1957) ne purent venir à bout de la détermination du Peuple togolais. La proclamation d'une "République autonome", ultime manoeuvre de diversion, échoua lamentablement: le nouveau régime fut tourné en ridicule sous le nom de "Zotonomi", et la jeunesse populaire se permit, le 31 mai 1957, au Stade municipal de Lomé, en présence d'une délégation des Nations-Unies en visite, de faire descendre de son mât et de s'emparer du drapeau tant honni, et ce au nez et à la barbe des autorités en place !

Cet exploit extraordinaire des "Aplangavio", comme du reste les affrontements de Pya, portaient la marque du travail d'organisation et de mobilisation de la JUVENTO, parti petit-bourgeois radical de Aithson, et signifiaient de plus en plus clairement que, sous l'impulsion de ce parti, le Peuple togolais s'apprêtait à prendre les armes.

Paniquée, la France colonialiste, empêtrée dans la guerre d'Algérie, menacée par les Peuples du continent et par la montée du mouvement anticolonialiste à l'intérieur, ne pouvait se permettre d'ouvrir d'autres fronts de guerre. C'est dans ce contexte qu'elle dut se résoudre à accepter cette élection législative qui allait consacrer sa défaite.

Voilà pourquoi le 27 avril était une victoire populaire.

Quarante ans plus tard, le Peuple togolais se lève à nouveau après avoir mené un vaste mouvement de lutte et une mini-guerre de partisans à travers tout le territoire national, il menace de s'engager dans une insurrection générale armée. En effet, la domination de l'impérialisme, la cause fondamentale de tous les maux et désastres de la société togolaise n'a pas disparu au Togo. Il en est ainsi parce que le prolétariat n'a pas pu s'ériger en parti dirigeant, et que de ce fait la lutte anticolonialiste, abandonnée à la direction de la bourgeoisie national-réformiste, n'a pas abouti à la libération nationale et sociale, mais plutôt à l'instauration du néocolonialisme.

Face à ce mouvement inédit qui s'est déclenché le 5 octobre 1990, la France, avec la complicité des faux amis du Peuple, tente de nouveau de dresser sur la voie de la lutte émancipatrice la funeste CNS, puis la solution des urnes. Mais ce subterfuge échappe de moins en moins à la lucidité et à l'intelligence du Peuple togolais, mûri par près de 40 années de dictature autocratique néo-coloniale, et par l'expérience négative des faux amis du Peuple.

Surtout, le Peuple peut désormais compter avec le soutien et l'appui indéfectibles du PCT.

Avec ce Mouvement Insurrectionnel Populaire d'octobre-novembre 1990, et surtout par cette immense Guerre Civile Révolutionnaire (GCR) dont il sortira sans doute vainqueur, le Peuple togolais, un Peuple encore tout jeune doit se débarrasser des scories du pacifisme rétrograde pour se doter et perpétuer à jamais: -l'esprit indomptable, la force de son union dans la lutte, - l'héroïsme d'un Petit Peuple et de son armée.

Avec l'appui et le soutien du PCT, il sera désormais à même de s'opposer à tout ennemi quel qu'il soit, aussi puissant et barbare qu'il soit, et de se dresser promptement dans la lutte pour le pain, la liberté, la souveraineté, la dignité, pour rester maître de son pays et de sa destinée. Comptant sur ses propres forces, il sera toujours capable de venir à bout de n'importe quelle difficulté, de triompher de n'importe quel ennemi.


Accueil / Vos réactions sur ce site / Contact / Liens
Pourquoi nous sommes communiste / Petit guide du PCT / Congrès historique
"Révolution", organe central du PCT / Archives
Mouvement Communiste International / Mouvement Démocratique Révolutionnaire