| Accueil |
| Parti Communiste du Togo |
| Journal |
| M.D.R. |
| M.C.I. |

A propos de la crapuleuse agression de la République Démocratique Congolaise (RDC)

«Qui veut la paix prépare la guerre»

Lomé, le 29 décembre 1999

Le continent africain est celui qui a connu l’oppression nationale la plus longue, la domination la plus cruelle: cinq (5) siècles d’humiliation, de discrimination, d’exploitation et d’oppression nationales; la domination esclavagiste, coloniale et néo-coloniale. Essentiellement pour ses ressources stratégiques et pour faire de l’Afrique le débouché pour les produits manufacturés de la métropole. A l’heure particulière de la contre-révolution mondiale sur laquelle surfe cette cynique campagne de «globalisation» ou de «mondialisation» à savoir cette accentuation frénétique à la recherche de ressources nouvelles pour la pérennité de la domination impérialiste et de la domination du capital sur le travail.

Les principales leçons de choses pour les Peuples africains du Congo Démocratique agressé sont:

  • L’Afrique reste plus que jamais l’objet de convoitises effrénées des puissances impérialistes pour ses immenses richesses stratégiques, puissances qui se les disputent avec l’aide de certains suppôts africains apatrides et sur le dos des Peuples hélas ! présentement impuissants à les défendre et se défendre.
  • Les valets locaux à la tête de nos pays ne mobilisent, ni ne préparent, comme il se doit, nos Peuples et surtout les jeunesses à se lever comme un seul homme contre les agresseurs et pilleurs de nos patrimoines et notre dignité: ces supplétifs des puissances impérialistes n’en ont point d’intérêt…
  • Ainsi c’est parce que le généralissime-calamité régionale Mobutu avait volontairement, intentionnellement, refusé au Peuple congolais, surtout à la jeunesse, la formation militaire réservée à sa propre sinistre et apatride milice criminelle (FAZ), que les mercenaires ougandais, rwandais et burundais, en service commandé par les USA… se permettent effrontément la présente agression crapuleuse et éhontée de la RDC.
  • Et que le Peuple congolais se trouve pris au dépourvu, complètement ignorant des affaires militaires, face à ses agresseurs (des professionnels) et en désespoir de cause, à s’appuyer principalement sur des armées étrangères venues à son secours, pour se défendre;
  • En recherchant maintenant d’acquérir, ici et là, cette indispensable formation militaire qui lui manque tant. C’est là son arme salutaire, son espoir pour un avenir heureux, de paix, de respect mutuel avec ses voisins avec lesquels il est condamné à vivre, et non ces brouhaha et autres gesticulations ennemis ambiants, prêchant, ici et là, «la paix», la non-violence… en fait une lamentable reddition indigne. Oui «Si les jeunes congolais savaient autant manier le Kalach comme ils grattent la guitare, ils ne viendrait, un seul instant, à l’esprit des actuels gangsters d’envahir crapuleusement leur pays »…
  • Alors même que les puissances impérialistes utilisent toutes les armes de guerre économique, politique, subversive, militaire par supplétifs interposés, contre de paisibles populations souvent analphabètes militaires,
  • Alors même que la RDC est crapuleusement agressée, envahie, son patrimoine éhontement pillé par des vandales étrangers, ceux que les puissances impérialistes appellent «opposition démocratique», en fait une fraction de la bourgeoisie pro-impérialiste, néo-colonialiste, jouent leur partition dans ce vaste complot ignoble contre le Peuple. En 5ème colonne, ces acteurs de façade, manipulés, téléguidés par des spécialistes, les vrais décideurs, bavardent allègrement sur «la paix», «le dialogue», «la stabilité pour le développement économique» prêchent l’apatridie, la soumission, la honte et le déshonneur.

Le peuple congolais doit compter sur ses propres forces

Mais, Avec une telle arme acquise, à défendre, préserver comme la prunelle de ses yeux, le Peuple ne doit dorénavant jamais plus tolérer un seul instant d’être traité en esclave, de se soumettre à des agresseurs, qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, alléchés par ses richesses, et ne plus s’appuyer essentiellement sur des armées étrangères pour se défendre, mais compter sur ses propres forces. Car, dans ce monde hélas ! de loups que nous vivons, un Peuple qui refuse de s’initier au maniement des armes, la formation militaire (un Droit universel des Peuples, un Droit de l’Homme), devient une proie facile pour les loups alors tout puissants, un esclave et mérite comme tel d’être traité. C’est alors une faute historique. C’est cette même formation militaire qui manque au Peuple togolais insurgé depuis 1990, particulièrement aux jeunes et vaillants Ekpémog pour résoudre la contradiction principale actuelle au Togo, manque contraignant le mouvement insurrectionnel populaire (MIP) au stand by.

En effet, au temps où les deux sinistres bourreaux sanguinaires des Peuples, Mobutu et Eyadéma coulaient une parfaite collaboration criminelle, alors même que des détachements de la milice de Eyadéma (FAT) allaient régulièrement se former au Zaïre de Mobutu et volaient allègrement au secours de ce dernier quand il se sentait menacé, les fils du Peuple togolais par contre étaient privés de ce Droit pourtant légitime, universel, à une formation militaire.

Voilà pourquoi les Peuples congolais, togolais et autres africains doivent se battre pour exiger, contraindre les pouvoirs apatrides, l’ordre néo-colonial en place, à ériger en loi, la volonté populaire de l’instauration dans nos pays respectifs, d’un régime national public d’une formation militaire gratuite et de qualité, à savoir le droit légitime pour tout citoyen à une instruction, une formation militaire gratuite et de qualité afin de pouvoir défendre son pays, sa patrie, sa dignité contre toute agression barbare, et de rendre ainsi plus crédibles, effectives, les forces et capacités respectives de dissuasion des Peuples à opposer à tout aventurier, établissant de la sorte une paix véritable, effective, durable : basée sur la dissuasion réciproque ; puisque les masses ainsi formées techniquement et se recyclant régulièrement doivent être toujours armées. Donc toujours prêtes à faire face à toute agression, à tout envahisseur, à tout aventurier crapuleux.

Les Peuples frères africains et du monde entier doivent :

  • se révolter, se rebeller,
  • se mobiliser, s’organiser conséquemment,
  • élever régulièrement leur niveau de conscience et d’organisation,
  • être solidaires dans leurs luttes pour les intérêts, revendications et aspirations des travailleurs et du Peuple contre l’impérialisme, le capital, la réaction et pour la solidarité internationale notamment par:
    *dénonciation des accords militaires impérialistes,
    *démantèlement des bases militaires impérialistes,
    *refus de toute installation de bases étrangères dans nos pays.

Que les ennemis en tremblent, tant pis ! et qu’ils montent en épingle leurs gueguerres inter-gangs, inter-vautours (Libéria, Sierra-Léone, Congo-Brazza, Somalie, etc) pour mieux brouiller les consciences des masses ! mais les Peuples pris en sandwich (ceux-là qui perdent hélas ! beaucoup des leurs), commencent à se rendre compte du stratagème perfide.

Les masses populaires en armes, sous la double direction (politique et militaire) des Partis communistes (ML) constituent le seul rempart contre l’impérialisme et la réaction, leurs supplétifs et autres barbouzes (genre Bob Denard…), contre les agressions crapuleuses. Le meilleur rempart est et sera toujours la mobilisation large des travailleurs et du Peuple, l’élévation de leur conscience, de leur effort pour la lutte révolutionnaire pour écraser l’impérialisme et la réaction locale. Et il est évident que les exigences des travailleurs et du peuple ne peuvent être effectivement satisfaites qu’à l’issue d’un gigantesque mouvement insurrectionnel populaire couvrant tout le pays, aboutissant à un pouvoir dans les mains des représentants authentiques des travailleurs et du Peuple.

Alors, troupes ougandaises, rwandaises, burundaises d’agression hors de la RDC !

A bas les traîtres, les couards, les apatrides qui cherchent fébrilement à émousser la combativité des jeunes héros qui, avec courage et abnégation, se battent pour la dignité, le patriotisme, la liberté, la souveraineté et l’unité, sans lesquels aucun pays, aucune nation digne, l’unité panafricaine, ne peut véritablement se construire.

Le Peuple de la RDC vaincra !

Lomé, le 29 décembre 1999
Le Parti Communiste du Togo (PCT
)


Accueil / Vos réactions sur ce site / Contact / Liens
Pourquoi nous sommes communiste / Petit guide du PCT / Congrès historique
"Révolution", organe central du PCT / Archives
Mouvement Communiste International / Mouvement Démocratique Révolutionnaire