| Accueil |
| Parti Communiste du Togo |
| Journal |
| M.D.R. |
| M.C.I. |

Un feuilleton sans fin au Togo (3)

Non au nouveau Coup d'Etat programmé par la France pour conserver le pouvoir au Togo

Révolution N°186 du 10/08/2003

Nous voilà déjà à la phase supérieure, ultime, de ce dernier actuel odieux complot France-Eyadéma, commandité et programmé par la France et le Vatican de (l'OPUS DEI et ses Mgrs B. GANTI et A. Dosseh) appuyé par la hiérarchie catholique togolaise de Mgr Kpodzro, pour être exécuté par Péré-Agbéyomé-Bitenewé-DJOUA avec Gnassingbé ERNEST (cantonné délibérément dans le rôle du grand méchant-barbare-diabolique-fugueux), accusé de tous les péchés d'Israel le chien galeux sur lequel on braque l'attention des masses, servant à cacher les commanditaires du système, l'arbre qui cache la forêt: Facile et commode méthode crapuleuse contre notre Peuple.

Pour atteindre ses objectifs avec ce scénario, la France a deux fers au feu: soit c'est le côté Civil: Péré, Agboyomé soutenus par les autres fractions de valets pro-français, qui, appuyé par les FAT conduites par Biténewé-DJOUA, évince Eyadéma, sous n'importe quel prétexte "malade grave" (en fait maladie diplomatique) ou fuite dite "mission" (comme le stipule par ailleurs clairement la dernière ''Constitution'') à l'étranger" (évidemment bien organisée par France-Eyadéma-Vatican) ou "retrouvé mort" dans son lit suite à... dès que la France maîtrise, toujours en sa faveur, la situation sans Eyadéma; soit purement, cette bande de militaires Biténewé-DJOUA avec les FAT (dont la France contrôle de façon directe et hégémonique, coloniale la direction (voir nos brochures à ce sujet) pousse gentiement, officiellement: "trouve une sortie honorable, négociée, à Eyadéma" pour un exil doré et s'empare du pouvoir.

Le tout c'est de mettre hors service l'individu Eyadéma devenu, par la force des choses, l'élément de blocage, viscéralement abhorré, vomi par les masses, devenu infréquentable par "la Communauté Internationale". Perpétrer un putsch (vivement souhaité et anticipé même par la dernière Constitution) pour barrer la route en particulier au clan rival pro-USA, l'UFC/PFC de Gilchrist Olympio au nom de "le Togo ne doit pas aller outre-Atlantique"; Mais fondamentalement contre leur bête noire le Mouvement Insurrectionnel Populaire (MIP) 90 en stand by.

C'est le constat que le clan pro-français dans ses manoeuvres, a râté une de ses objectifs, celui d'empêcher le clan rival d'aller à l'élection présidentielle de juin 2003. Pire pour celui-là, son vieil appareil de fraudes électorales, naguère efficace, a connu beaucoup, beaucoup trop de rates, suite à l'éruption, au rush des masses excédées qui, rageusement, spontanément debout, ont mis le pied dans le plat dégonflant, disqualifiant par avance le plan préétabli huilé de Péré déclaré "président de la République" au lieu et place de Eyadéma. Et le tour est joué !?

Il va sans dire que tous les deux clans rivaux de valets et appuis locaux, apôtres de l'impérialisme au Togo, cherchent tous et chacun à cour-circuiter le Peuple Insurgé (PI), leur bête noire qui s'apprête à reprendre la rue pour en finir avec l'ordre néocolonial au Togo, en commençant par balayer l'affreux couple France-Eyadéma et sa milice fasciste, les FAT. S'ils restent concurrents entre eux, ils sont fermement unis face au Mouvement Insurrectionnel Populaire (MIP) 90 actuellement en stand by, au Peuple Insurgé conduit par le PCT, qui les hante jusque dans leur sommeil. Qu'ils continuent d'en trembler! Ces deux clans rivaux n'offrent et ne sont point une alternative pour notre Peuple ni à notre pays. Et particulièrement, face à l'actuelle situation de blocage total, ils ne trouvent même pas de solution de sortie de crise

En effet, encore une fois, ce sont les masses (dont ils ont tous peur, il y a de quoi!) de plus en plus conscientes, qui, spontanément, non organisées, ni mobilisées par Gilchrist Olympio UFC/PFC, encore moins par ses rivaux, se sont levées et par leurs initiatives propres, par-ci par-là, ont dégonflé, déjoué, déconfit ce nouveau plan odieux de "sortie honorable négociée à Eyadéma" avec Péré (soutenu par les FAT conduites par Bitenewé) comme son remplaçant déclaré "vainqueur des élections du 1er juin dernier". Le Peuple Insurgé vient de relever ce défi que ses ennemis lui ont lancé par ce nouveau complot.

Alors par des manoeuvres dilatoires et autres dispositions (recrutement de mercenaires notamment tchadiens, sierra léonnais, achat de scanner pour surveiller les bateaux sur la côte, et beaucoup d'autres dispositions militaires avec une France très active et entreprenante ces temps-ci autour du Togo (mobilisation en alerte 3 des chefs d'Etats Kuffo (Ghana) Kérékou (Bénin) Compaoré (Burkina) pour dresser un cordon de sécurité autour du Togo afin " qu'aucun ne serve de base pour des activités subversives contre le Togo" et la CEDEAO pour la protection diplômatique du pouvoir etc.. Faisant du couple France-Eyadéma le pouvoir le plus protégé (après celui de Côte-d'Ivoire présentement) sur le continent par la France impérialiste; et à l'intérieur du pays accentuation sans précédant de matracage médiatique, de désinformation, d'intoxication, de manipulation débride là forte dose, des masses, conjugué avec la stricte interdiction formelle de toute manifestation de rue, multiplication de barrages de contrôle multiples, multiformes et intempestifs contrôle des personnes, par militaires, gendarmes et autres corps francs (essentiellement des escadrons de la mort) en civile, à travers tout le pays en état, de siège sans précédant "dissuasif" (avec des actes de provocation débiles attribués abusivement, mis sur le compte, de l'UFC permettant de qualifier cette dernière d'élément perturbateur de la paix et sécurité "déstabilisateur".

Bref créant une atmosphère bien viciée et presque explosive. C'est dans une telle situation que les régimistes lancent, en ballons d'essai, à des fins manipulatrices, des rumeurs, des idées de "maladies graves incurables de cancer voire de sorcellerie, de sorts jetés à Eyadéma puis à son fils ERNEST" tous deux prêts à aller se faire soigner ou en "mission" à l'étranger (sous entendu fuyant le pays pour l'Europe, l'Italie, le Vatican pour ne pas le nommer) "pour toujours ! ". Puis ils parlent et agitent "la nécessité de saisir une telle occasion pour remplacer Eyadéma, "brandissant la solution à la Charles Taylor (du Libéria) se terminant par le Ouf ! Bon débarras ! Mais une telle idée sortant de la bouche des mêmes suppôts fidèles du même Eyadéma, leur maître chéri, laisse rêveur suspect !

Du même coup, sur les entre-faits, ces mêmes manipulateurs déclenchent une atmosphère artificielle de fin de règne Eyadéma et sucitent et animent des débats et discussions et de positionnement de succession "pour sauver la situation, éviter le chaos" diatrible, empoignade entre légalistes "(selon la Constitution...respect de la Constitution..."et non légalistes et légitimistes ("c'est nous qui avons vaincu Eyadéma et son fils ERNEST") au sein des civils du RPT d'une part et de l'autre entre civils et militaires des FAT (la bande de Biténéwe et Djoua se déclarant "seuls capables de faire face, assumer cette situation, éviter le chaos et organiser les élections dans six mois" ?!)

Bref, une véritable pagaille organisée, tendant aussi à divertir les masses, commencer à les habituer à l'"après- Eyadéma"," à tourner la page travailler à ce que la Communauté Internationale renoue avec le Togo" Ils cherchent, comme d'ailleurs l'ensemble des ennemis du Peuple, à mettre ce dernier devant un Western plein de suspens, à faire des masses populaires des spectatrices et non des actrices de leur propre libération. Et avec cette atmosphère artificielle de règne Eyadéma, dans un Togo largement exsangue bien mis à genou, chacun se précipite déjà pour "prendre sa part (de ce qui reste) avant..."

Le Peuple Insurgé exige:

* La fin sans condition de l'autocratie moyen-âgeuse néo-coloniale et de la domination impérialiste

* le jugement et les châtiments des tortionnaires (d'hier et d'aujourd'hui) et de leurs commanditaires et des pilleurs de l'économie et du patrimoine public. Comme nous ne cessons de le répéter, ce particulièrement, avec le Peuple Insurgé et le Mouvement Insurrectionnel Populaire 90, la conspiration, le putsch, le blanquisme, le coup d'Etat, la révolution de palais ne peut remplacer l'insurrection populaire révolutionnaire.

Pour notre Peuple le temps des pronunciamientos et des juntes est révolu: il s'y oppose.

Notre Peuple et le pays ont besoin d'une insurrection de masses dont l'avant-garde comme la bourgeoisie révolutionnaire au XVIIeme au XIXeme siècles en France, est aujourd'hui le prolétariat. Le Peuple togolais prend, de plus en plus, conscience que face à l'énorme appareil militaire et policier, tant togolais et français, à ce système fascisant France-Eyadéma, il sait que ce n'est que uni, organisé et bien dirigé, le Peuple vaincra son ennemi quelles que soient sa puissance et sa force. Le Peuple (dans toutes ses diversités) doit être l'auteur et l'acteur actif de son émancipation, telle est la clé de la victoire dans sa lutte contre l'impérialisme principalement français et ses volets locaux.

Encore une fois pas d'impunité, de pitié pour les ennemis du Peuple.

*Extrait de Révolution N°186 du 10/08/2003,
Organe Central du Parti Communiste du Togo


Accueil / Vos réactions sur ce site / Contact / Liens
Pourquoi nous sommes communiste / Petit guide du PCT / Congrès historique
"Révolution", organe central du PCT / Archives
Mouvement Communiste International / Mouvement Démocratique Révolutionnaire