| Accueil | | Parti Communiste du Togo | | Journal | | M.D.R. | | M.C.I. |

Ça suffit ! Nous les jeunes nous voulons enfin vivre…

Aujourd’hui, être jeune au Togo c’est être sur les barricades pour les libertés et la liberté de se réaliser. Alors que la population togolaise est l’une des plus jeunes du continent avec hélas:
• Beaucoup d’analphabètes, de déscolarisés, d’illettrés, d’incultes,
• 4 jeunes sur 5 sont affectés par le chômage alors même que notre pays est en friche,
• Beaucoup de jeunes filles de plus en plus adolescentes pupilles et d’une précocité efférente, malgré l’avancée impitoyable de VIAH-SIDA au Togo, s’adonnent à la prostitution pour pouvoir survivre et même venir en aide à leurs parents de plus en plus appauvris,
• La majorité des conducteurs de taxi moto (les ZEM) est constituée de jeunes diplômés sans emploi,
• Beaucoup parmi ceux-ci ont autant sinon plus de diplômes que FAURE ou ont fait plus d’études que lui,
• Donc une difficile insertion professionnelle et sociale des jeunes dans le Togo où déjà les rares usines et entreprises ferment,
• Beaucoup de ces jeunes cherchent à fuir cet ENFER du Togo…
Bref l’avenir de notre jeunesse et de notre Peuple ainsi que de notre pays, continue d’être hypothéqué par le régime pro-impérialiste anti-peuple, anti-jeune réactionnaire.

En dépit de cette situation catastrophique inadmissible, intenable, les dirigeants politiques n’ont pas hésité à placer démagogiquement au centre de leurs discours de campagne électorale la jeunesse et les diplômes universitaires; alors même que les besoins et aspirations légitimes et les revendications récurrentes demeurent toujours lettre morte avec le régime qu’ils prônent et défendent.

Mais voilà, à cette situation déjà bien difficile, viennent de s’ajouter hélas pour cette jeunesse tirant le diable par la queue, d’autres préoccupations pressantes suite à l’aspiration viscérale au changement radical que manifestent le Peuple et sa jeunesse insurgés et à la répression brutale, sauvage par les militaires togolais et français de la 43éme BIMA coalisés des événements survenus lors de la mascarade électorale présidentielle de 24 avril 2005:
• les cours perturbés dans les établissements scolaires, les jeunes apprenants, leurs enseignants, parents et les populations pourchassés, bastonnés, tabassés, enlevés et kidnappés par la horde soldatesque en furie aveugle, meurtrière à travers tout le pays, les quartiers, les maisons, les cases, les rues;
• la contrainte imposée à certains étudiants et élèves d’abandonner leurs études;
• les déplacements et l’exil forcés et l’errance au delà de nos frontières nationales, la clandestinité pour d’autres toujours recherchés par le pouvoir dictatorio-militaire fascisant, avec le risque d’avoir une année blanche;
• tandis que d’autres de ces apprenants, ayant perdu, suite à ces événements, leurs parents ou tuteurs, se retrouvent dans l’impossibilité de payer leurs études. «Alors même que de plus en plus déterminés nous voulons aussi aller à l’Ecole, mieux et plus que FAURE, BOKO, Edem Kodjo: au firmament de la Science et dans nos langues nationales s’il vous plait !!! afin de devenir, la digne relève techniquement compétente et politiquement consciente, avertie pour le Togo et l’Afrique».

Nous réitérons les faits irréfutables, établis:
a) pas de démocratie véritable (pour laquelle notre Peuple Insurgés se bat) sans prise en compte des problèmes sociaux, culturels des citoyens, travailleurs, étudiants et élèves, de leurs besoins et aspirations légitimes.
b) cette démocratie à laquelle notre Peuple Insurgé aspire ardemment, ne saurait s’obtenir par des tractations au sommet du pouvoir d’Etat surtout pas par la conciliation avec l’ennemi entre bourreau et victimes, politique dite «d’union nationale» de «réconciliation nationale» «d’ouverture» de «transition» de resucée.

Aussi dure que soit présentement notre situation, seule la poursuite de l’organisation conséquente de la mobilisation et de la lutte du Peuple permettra d’en finir avec l’affreux couple France-FAURE alias France-Eyadema, la dictature fascisante, la domination et l’oppression néo-coloniales. Donc pas de renoncement, de capitulation devant les forces barbares, d’oppression. Comme le scandent les Ekpemog: «Ils (les FAT et la France) ne pourront nous tuer tous, le peuple ni nous chasser tous de la Terre de nos aïeux !! Continuons de nous organiser mieux et de nous mobiliser pour la lutte et dans la lutte pour la liberté, la dignité. La victoire est au bout du fusil».

Pas de renoncement de reniement, de capitulation devant les forces d’oppression barbares. Nous sommes prêts à verser notre sang juvénile pour le peuple, notre patrie et l’Afrique. La solution à nos problèmes est entre nos mains celles de notre peuple, nulle part ailleurs à nul autre, comptons d’abord sur nos propres forces, ne jamais confier notre sort à autrui. Continuons de nous opposer fermement à la l’application dans notre pays du perfide droit d’ingérence impérialiste. Nous en vivons la perversité une fois encore.

Aujourd’hui être jeune au Togo, c’est être sur les barricades pour la liberté afin de se réaliser. Déterminés, unis dans l’action avec le Peuple sur les barricades pour la liberté, nous représentons le sang nouveau, patriotique pour un Togo plus juste, plus libre, plus démocratique, car la jeunesse veut enfin vivre dignement, libre dans un Togo libre avec une République démocratique moderne.

Halte à la militarisation, à la fascisation de la société togolaise !
Non aux militaires à la tête de nos entreprises, sociétés et institutions d’Etat !
Non aux mini camps militaires ADEWI dans les quartiers !
Halte à la permanente campagne de terreur d’Etat !La lutte continue !

Lomé, le 05 mai 2005

Organisation de la Jeunesse Communiste du Togo (OJCT)

 


Accueil / Vos réactions sur ce site / Contact / Liens
Pourquoi nous sommes communiste / Petit guide du PCT / Congrès historique
"Révolution", organe central du PCT / Archives
Mouvement Communiste International / Mouvement Démocratique Révolutionnaire