| Accueil | | Parti Communiste du Togo | | Journal | | M.D.R. | | M.C.I. |

HALTE A L’OCCUPATION MILITAIRE ! HALTE A LA BARBARIE FASCISTE !

En déchaînant une terreur sans nom contre notre Peuple, après le putsch de février et la mascarade électorale du 24 avril, l’apprenti dictateur Faure Gnassingbé nous apporte, en l’espace de quelques semaines, la confirmation qu’il a été à bonne école, qu’il est bien le digne successeur de son père, et que la mort de ce dernier n’a rien changé.

Aujourd’hui en effet, notre pays est à feu et à sang en état de siège, sous occupation militaire. Partout, le Peuple est livré à la soldatesque et aux hordes barbares d’hommes de main à la solde du pouvoir autocratique. De Lomé à Sokodé, d’Aného à Kpalimé, d’Atakpamé à Dapaong, sur tout le territoire national, ce sont les mêmes d’horreur: des citoyens sont pourchassés jusque dans les maisons, les domiciles sont violés. Partout on bastonne, on tabasse, on tue. Hommes, femmes, enfants vieillards, personne n’est épargné. On croit revivre les images des années 90.

Pendant ce temps, l’apprenti dictateur nous ressert le slogan bien connu «d’union et de réconciliation». Tout comme son père. Mais nous savons très bien que, conscient de son isolement politique, son véritable objectif c’est de mater sans pitié le Peuple, afin de briser toute volonté de révolte en son sein, dans l’espoir d’obtenir sa soumission totale et de le tenir en respect pour quelques années. L’union et la réconciliation qu’il nous propose, c’est comme toujours l’union et la réconciliation entre la victime et le bourreau, entre le cheval et son maître. Un tel objectif est celui de l’impérialisme français, qui face à son enlisement en Côte d’Ivoire et au discrédit croissant dont il est partout l’objet, est prêt à tout pour étouffer toute velléité émancipatrice, tout mouvement de contestation dans notre pays. Ce n’est pas un hasard si trois généraux des FAT se sont rendus en France et ont été reçu à l’Elysée le 8 mars dernier. Nul doute qu’à cette occasion l’Elysée, non seulement leur a confirmé son appui, mais leur a passé des consignes précises, des consignes de «fermeté» face au Peuple, et nous ne savons que trop ce que cela signifie. Ce sont ces consignes que nous voyons en application aujourd’hui. Fort de cela, et fort de l’attitude servile de la CEDEAO qui lui sert de relais politique, l’impérialisme français peut se permettre de proférer de gros mensonges, et prétendre de manière cynique qu’il «ne se mêle pas des affaires togolaises».

Dans une telle situation, la déclaration de Bob Akitani, se proclamant président élu et réclamant l’invalidation du scrutin, non seulement apparaît comme peu sérieuse, mais contribue surtout à entretenir une dangereuse illusion. Bob Akitani, et les siens se refusent toujours à voir ce que la réalité et l’histoire nous enseignent, et ce que le Parti communiste du Togo n’a jamais cessé de répéter, à savoir que la constitution la plus démocratique est impuissante à elle seule face à un fasciste armé jusqu’aux dents; qu’on ne chasse pas un dictateur avec des bulletins de vote.

Plus que jamais le Peuple veut en finir avec un régime sanguinaire et cynique, et il ne saurait se contenter de solutions de replâtrage. Le seul mot d’ordre qui vaille aujourd’hui, c’est l’organisation, la mobilisation et la lutte pour abattre cette dictature autocratique abjecte, et chasser ses suppôts étrangers. C’est sur les ruines de l’autocratie, et non avec celle-ci, que nous pourrons bâtir un régime réellement démocratique.

A bas Faure Gnassingbé et sa clique !

A bas l’impérialisme français oppresseur !

Vive la lutte révolutionnaire du Peuple !

Lomé, le 28 avril 2005
Le Parti Communiste du Togo (PCT)


Accueil / Vos réactions sur ce site / Contact / Liens
Pourquoi nous sommes communiste / Petit guide du PCT / Congrès historique
"Révolution", organe central du PCT / Archives
Mouvement Communiste International / Mouvement Démocratique Révolutionnaire